Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Adelphe - Isabelle Flaten

17 Septembre 2019 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Il m'est arrivé une drôle de chose avec ce roman. Il m'a d'abord résisté, ou est-ce l'inverse ? Très intriguée par le sujet de départ, je l'ai commencé avec beaucoup d'envie et l'ai pourtant reposé à plusieurs reprises après à peine deux ou trois pages. Une difficulté à entrer dans le texte, le rythme, l'atmosphère peut-être. Je m'apprêtais à passer à un autre livre pour reprendre celui-ci plus tard quand j'ai eu l'impression qu'Adelphe m'appelait. Qu'il s'était en quelque sorte emparé de mon esprit malgré moi. J'y suis donc retournée, me suis peu à peu laissé aller au rythme de la phrase, retrouvant un certain plaisir évoquant la lecture des classiques pour très vite éprouver un réel plaisir à la délicieuse compagnie de cette petite communauté d'où émergent les figures d'Adelphe et de Gabrielle.

L'idée de départ est formidable. Isabelle Flaten exhume de l'oubli le Prix Goncourt 1920, le roman Nêne écrit par Ernest Pérochon dont j'avoue je n'avais jamais entendu parler, et en fait le déclencheur de son intrigue puisque sa lecture va provoquer, au sein d'une bourgade bien tranquille une cascade d'événements imprévus. Nous sommes donc au sortir de la Grande Guerre, moment qui a vu les femmes commencer à prendre leur destin en mains fortes du rôle qu'elles avaient assumé en l'absence des hommes. Mais Adelphe, le pasteur n'en a pas vraiment conscience. A quarante ans, bien qu'entouré de femmes, il ne s'est jamais posé la question de leurs aspirations ou de leurs rêves d'accomplissement. Le jour où Gabrielle Thomas, l'une de ses paroissiennes lui offre un exemplaire de Nêne en lui glissant, exaspérée que "tout est là", il ne se doute pas encore des répercussions de sa lecture... ou de la lecture à voix haute qu'il entreprend d'en faire chaque soir à Blanche, sa bonne, rapidement bouleversée par le roman et les leçons qu'il contient. Le pauvre Adelphe, lui, ne comprend pas ce que Gabrielle perçoit dans ce livre mais ce qu'il voit bien par contre, c'est la beauté de la jeune femme et l'attirance qu'elle exerce sur lui...

Le charme de ce roman tient sans doute à la douceur du regard de l'auteure qui s'applique à recueillir chaque sursaut des uns et des autres avec une gourmandise que l'on perçoit très bien. Les voies du seigneur sont impénétrables et les sentiments qui habitent Adelphe nous le rendent éminemment sympathique dans sa façon de naviguer dans un océan de doutes sans jamais s'affranchir d'un certain droit au bonheur. Isabelle Flaten explore avec une agréable fantaisie qui ne cède rien au fond, quelques décennies d'évolution de l'affirmation du rôle des femmes. Et leur émancipation sur deux générations et le début d'une troisième. Elle trouve ici un moyen habile de revisiter le thème de la transmission, par l'exemple, l'hérédité ou les mots. Et nous offre un roman délicieux, qui se démarque par la fraîcheur de son ton et la profondeur de son étude des relations entre les êtres.

Une très très belle surprise qui me donne envie de m'intéresser aux précédents ouvrages de cette romancière que je découvre avec ce titre.

"Adelphe" - Isabelle Flaten - Le nouvel Attila - 216 pages

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kathel 17/09/2019 17:46

Ce roman et ce que tu en dis m'intriguent... encore un à noter !

Nicole Grundlinger 17/09/2019 18:22

Tout à fait les jolies surprises que j'aime et que j'ai envie de conseiller...