Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Station Eleven - Emily St. John Mandel

23 Août 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

Station Eleven - Emily St. John Mandel

Attention, ceci est un énorme coup de cœur. Une magnifique surprise qui m'a totalement embarquée dans l'univers d'une auteure que je n'avais encore jamais lue même si elle est précédée d'une solide réputation en Amérique du Nord. Il y a tout dans Station Eleven. Une puissance narrative, un art de jeter un voile de poésie sur les situations les plus rudes, une science de la construction et le plus important, une volonté d'offrir un point de vue original sur le monde. Un pur régal !

"Vingt ans après la fin des transports aériens, les caravanes de la Symphonie Itinérante avançaient lentement sous un ciel chauffé à blanc".

Il a suffi d'un virus plus virulent et à la propagation plus rapide que les autres pour anéantir 99% de la population mondiale en un rien de temps. Et réduire à néant une civilisation tout entière. A Toronto, les premiers effets se sont fait sentir le soir où Arthur Leander, acteur adulé est mort sur la scène du théâtre où il interprétait Le roi Lear. Vingt ans plus tard, Kirsten, l'une des petites filles présente ce soir-là et l'une des rares survivantes a rejoint la Symphonie Itinérante, une troupe d'acteurs et de musiciens qui vont de places habitées en places habitées, autour du lac Michigan pour jouer le répertoire de Shakespeare et de Beethoven. Les frontières et les villes ont disparu, les survivants ont recréé par-ci par-là des ilots de vie. La sécurité est aléatoire. Kirsten garde précieusement quelques coupures de presse people qui relatent la vie d'Arthur Leander ainsi qu'une bande dessinée offerte par ce dernier et créée par son ex-femme, Station Eleven. Une bande dessinée qui semblait annoncer le changement de monde dont ils ont été les témoins. Par de subtils allers-retours entre présent et passé, l'auteure explore les passerelles entre l'ancien et le nouveau monde, tirant les fils qui lient les personnages les uns aux autres sans jamais perdre de vue son objectif.

Et elle nous livre une réflexion passionnante sur les traces que nous laissons, sur la force de la littérature et des arts, moteurs de la transmission. Nous ne sommes pas du tout dans un récit de science-fiction, pas d'effets spectaculaires ni de sensationnalisme mais une belle variation sur la capacité d'adaptation de l'homme et son aptitude à renaître.

Ce contexte post-apocalyptique, c'est l'opportunité de renverser nos points de vue. Ici, le passé représente le progrès disparu. Et deux sortes de populations cohabitent désormais : ceux qui ont connu l'électricité, internet, les avions, le téléphone ou les frontières et ceux qui sont nés après. Deux niveaux d'appréciations, deux façons d'envisager l'avenir. L'occasion également, à travers la BD Station Eleven, de confronter une vision du futur à sa réalité au présent.

"Il est surprenant de voir la rapidité avec laquelle on en vient à trouver normal de vivre sur un banc, avec une simple valise, près d'une porte d'embarquement".

Le personnage de Kirsten figure la courroie de transmission entre le passé et le présent, tout en s'attachant à inventer l'avenir. Son cheminement est captivant tout comme l'univers créé par Emily St. John Mandel. On la suit avec un plaisir croissant, l'intérêt sans cesse relancé, on veut tout savoir de ce qui a mené les survivants à se regrouper à l'aéroport de Toronto et la façon dont ils ont réorganisé leur vie. Mais par dessus tout, on veut comprendre ce qui, au final fait une civilisation.

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas rencontré un livre pareil, une merveille de construction et de narration. Intelligent, enrichissant, surprenant mais surtout, de ceux qui procurent ce plaisir originel de la littérature, celui d'une bonne histoire qui vous emporte complètement.

Une formidable réussite !

"Station Eleven" - Emily St. John Mandel - Rivages - 478 pages

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Christine 30/03/2017 06:01

Bonjour, j'ai lu Station Eleven suite à un coup de cœur qui aborde le même thème : et aprës.
Je te conseille Dans la fôret de Jean Hegland. Je l'ai trouvé bien plus original, bien plus puissant.

Nicole Grundlinger 30/03/2017 15:38

Effectivement, beaucoup de lecteurs qui ont aimé Station Eleven mentionnent également Dans la forêt qui du coup est sur ma liste... dès que l'occasion se présente :-)

celina 31/08/2016 00:50

Je crois (je suis sûre) que je vais me le procurer celui-ci ! Ton billet ne laisse pas le choix...
C'est la deuxième chronique que je lis très élogieuse au sujet de ce roman. Malgré que ce soit un genre que je lis très peu, je vais tenter, merci !

Nicole Grundlinger 31/08/2016 12:27

Ce n'est pas non plus mon genre de prédilection mais tu verras, le traitement est épatant et permet de ne pas le cantoner à un genre, justement. Bonne lecture !

Laure 24/08/2016 09:36

Cool que ce soit un énorme coup de coeur, je veux ABSOLUMENT lire ce livre !!!

Nicole Grundlinger 24/08/2016 17:34

Et tu as bien raison. Tu n'en liras pas tous les jours des comme ça ;-)

Noukette 24/08/2016 00:13

C'est pas bientôt fini oui...? Je vais les lire quand moi tous ces coups de cœur...? ;-)

Nicole Grundlinger 24/08/2016 17:33

Je ne me fais pas de soucis pour toi, Noukette, tu vas y arriver :-)