Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

On se souvient du nom des assassins - Dominique Maisons

11 Juillet 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Polars

Dans la catégorie polars, j'ai un petit faible pour le genre historique. Alors la perspective d'une plongée dans le début du 20ème siècle aux côtés d'un enquêteur écrivain feuilletoniste de son métier ne pouvait que me réjouir. Direction Paris en 1909, ses embouteillages, ses crieurs de journaux, ses faits divers, ses demi-mondaines, ses affrontements politiques et son bouillonnement culturel.

C'était l'époque où les quotidiens tiraient à plus d'un million d'exemplaires et où les directeurs de journaux s'arrachaient les meilleurs écrivains pour produire les feuilletons qui tenaient chaque jour leurs lecteurs en haleine à coup de rebondissements aussi spectaculaires qu'improbables. Et justement, Max Rochefort est l'un des meilleurs de sa catégorie. Les aventures de son héros, le commissaire Nocturnax font la richesse du quotidien Le matin et de l'éditeur Arthème Fayard qui les publie ensuite en volumes. Derrière ce succès se cache une véritable entreprise dont Max est le cerveau créatif qui emploie plusieurs collaborateurs au sein d'un atelier d'écriture extrêmement productif. Le jeune Giovanni Riva, employé au Matin est chargé par sa direction d'assurer les fonctions de secrétaire particulier auprès de Rochefort ; il s'agit surtout de le surveiller afin qu'il ne cède pas aux sirènes de la concurrence. C'est ainsi que Giovanni se retrouve embarqué dans une enquête aux côtés de Max lorsqu'ils sont tous les deux en présence d'une crime monstrueux. Un cardinal est retrouvé affreusement mutilé dans une chambre d'hôtel à Enghien où ils séjournaient également. Une jeune femme de chambre est accusée du meurtre, ce que Giovanni, charmé par Justine se refuse à croire. Max Rochefort, lui, ne peut s'empêcher de pointer les incohérences qui semblent échapper à la police.

En 1909, cela fait à peine quatre ans que la fameuse loi instaurant la séparation des pouvoirs de l'Eglise et de l'Etat a été promulguée et les relations avec les instances religieuses sont quelque peu tendues... On imagine bien les répercussions qu'un tel crime peut avoir sur les relations diplomatiques de la France. A partir de là, l'auteur joue très bien avec les codes du feuilleton policier pour élaborer un scénario qui n'a rien à envier aux meilleurs auteurs de l'époque. Une poursuite en dirigeable, la mystérieuse demeure d'un richissime homme d'affaires, les sous-sols de l'Opéra... rien à dire, les décors sont soignés. Tout comme l'opposition de styles de vie entre Rochefort, le dandy insolent et Giovanni, le fils d'immigrés italiens qui a surtout connu la misère. On croise Gaston Leroux et Guillaume Apollinaire et l'ombre du Marquis de Sade plane sur l'intrigue. Franchement, un amoureux des lettres ne boudera pas son plaisir.

Un polar vraiment aussi intéressant que divertissant même s'il ne possède pas la gouaille de la série des Victor Legris de Claude Izner, ni la fantaisie du roman virevoltant de Paul Vacca, Au jour le jour qui revisitait lui aussi cette riche période des feuilletonistes au 19ème siècle.

"On se souvient du nom des assassins" - Dominique Maisons - Points (La Martinière) - 498 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eva 21/10/2018 18:15

j'ai rencontré l'auteur la semaine dernière - mais dans le cadre de son autre activité professionnelle - et j'ai bien envie de découvrir sa plume avec ce roman !

Nicole Grundlinger 22/10/2018 13:50

Il faut dire que le thème est quand même assez tentant et que l'ensemble est original.

Delphine-Olympe 11/07/2018 21:56

C'est sûr, Au jour le jour était une petite merveille ! Mais celui-ci n'a pas l'air mal non plus... Idéal pour les vacances, non ? demande celle qui a une pal qui demanderait quelque chose comme une année sabbatique pour en venir à bout... :-)

Nicole Grundlinger 12/07/2018 09:23

Parfait pour les vacances oui! On est vraiment dans la même veine mais plus ancré polar ...

Albertine 11/07/2018 16:39

Ma mère me l'a offert à sa sortie et je l'ai beaucoup aimé ! J'ai comme toi un faible pour les romans policiers historiques. Je viens de découvrir par hasard Jean-Christophe Portes et je n'ai pas encore cédé à la fièvre acheteuse . Est-ce que tu le connais ?

Nicole Grundlinger 11/07/2018 16:54

Non je ne connais pas du tout... il est vrai que je lis beaucoup moins de polars que de romans et que j'ai un gros faible pour les anglo-saxons alors je connais mal les français.