Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Fils du feu - Guy Boley

20 Novembre 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

D'habitude je rédige mes chroniques très vite après mes lectures, par peur de ne plus retrouver les émotions justes, de les voir s'atténuer au fil du temps. Mais en refermant Fils du feu il y a plusieurs mois, j'avais comme l'intuition que les sensations que m'a procurées cette écriture n'étaient pas près de s'éteindre. Allez, je peux le dire à présent. Parmi les 16 premiers romans retenus dans la sélection d'automne des 68 premières fois, celui-ci est mon préféré. Pour sa langue. Pour la force d'une écriture chatoyante. Pour l'incandescence d'un texte travaillé avec une précision extrême et qui s'inscrit pour longtemps dans les méandres de votre imaginaire.

Un livre brûlant. Qui dit avec une langue sublime les absences qui nous remplissent, nous constituent et nous construisent. Nous sommes faits de ceux qui étaient là avant nous, comme Jérôme, le narrateur est "fils de feu", fils d'un forgeron ferronnier d'art, lui-même forgé par des millénaires de savoir-faire, et à tout jamais constitué de l'absence de son petit frère, Norbert, mort dans l'enfance.

" "Tu périras par le fer", était-il écrit à la fois dans la Bible et dans Les Trois Mousquetaires. Dieu et Alexandre Dumas ne pouvaient pas ensemble se tromper sur une phrase aussi bénigne."

L'enfance de Jérôme est ainsi bercée par l'activité de son père et marquée par la figure d'un homme, Jacky, employé de la forge qui exerce un pouvoir d'attraction dont l'enfant ne comprendra que beaucoup plus tard la signification. Car la route est longue qui mène à la connaissance de soi. Lorsque le petit frère disparaît, Jérôme accepte d'entrer dans le jeu de sa mère qui s'attache à maintenir en vie cet enfant dont elle ne peut se résoudre à  admettre la mort. Tandis qu'au dehors, pendant les 30 glorieuses, l'industrialisation condamne les métiers artisanaux, Jérôme voit son père péricliter, la magie du feu laisser place à un désert aride. Les fantômes prennent bientôt la place des êtres ou des activités disparues et pour Jérôme, le chemin est chaotique...

"Il faut bien que toutes les horreurs du monde enfantent des printemps si nous voulons durer au-delà du chagrin."

L'imaginaire et l'art seront les deux étais qui le maintiendront debout et l'aideront à avancer, lui permettant de se nourrir, parmi les décombres, d'étincelles de vie plus fortes que le poids des fantômes. La langue est belle, le propos est une ode à la vie qui se transmet, toujours, envers et contre tout. Une langue poétique, charnelle, nourrie de références littéraires.

Fils du feu est un livre magnifique écrit dans un style flamboyant que l'on ne rencontre plus si souvent. Un livre rare, de ceux que l'on a envie de préserver et de chérir, comme une espèce en voie de disparition.

"Fils du feu" - Guy Boley - Grasset - 158 pages

 

Et pour tout savoir sur les 68 premières fois, rendez-vous sur le tout nouveau blog qui relaie l'ensemble des actions menées (sélection, avis des lecteurs, événements...).

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laure 21/11/2016 12:37

Je suis entièrement d'accord avec toi, et c'est d'ailleurs grâce à ce que tu m'en avais dit lors du dernier diner qu'on avait passé ensemble, que j'avais décidé de lire cette merveille, un de mes coups de cœur de cette rentrée littéraire. Merci encore :-)

Nicole Grundlinger 21/11/2016 17:07

Je me souviens, c'était encore tout chaud à l'époque et le temps n'a rien effacé. Ravie que le résultat ait été à la hauteur des attentes que j'avais pu soulever ! ;-)

Noukette 20/11/2016 23:14

D'accord pour ce que tu dis sur la langue mais curieusement elle m'a mise à distance de l'émotion que j'attendais et que j'espérais...

Nicole Grundlinger 21/11/2016 17:06

Ah oui ? Moi je me suis d'abord délectée de la langue, c'est vrai... mais l'émotion est venue, plutôt à la fin, lorsque le puzzle prend tout son sens.

Marie-Laure 20/11/2016 21:41

Merci Nicole pour cet article qui va encore nous donner envie de nous jeter sur cette pépite ! J'ai vraiment hâte de le lire...

Nicole Grundlinger 21/11/2016 17:05

C'est le genre de livre qu'on a envie de voir se propager comme un (bon) virus... Un joli cadeau de noël, pour soi-même ou pour ceux que l'on aime.

krol 20/11/2016 17:39

Et bien, si je le croise je le lirai sans faute !

Nicole Grundlinger 21/11/2016 17:03

Je ne peux que te souhaiter de le croiser ! ;-)