Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Les Indésirables - Diane Ducret

1 Mars 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

C'était en mai 1940, les allemands n'étaient pas encore entrés dans Paris, l'état français s'est soudainement inquiété du danger que pouvaient représenter les étrangers d'origine allemande ayant fui le nazisme et trouvé en masse refuge en France. En quelques minutes, des milliers d'individus sont passés du statut de réfugié à celui d'indésirable. Le 12 mai 1940, un décret du gouverneur militaire de Paris ordonne aux ressortissants concernés de se regrouper à différents endroits. Pour les femmes célibataires et sans enfant, ce sera le Vélodrome d'Hiver, première étape avant l'internement au camp de Gurs, dans les Pyrénées.

Voilà donc le point de départ de ce roman qui met en scène la belle amitié entre deux femmes, nous parle de féminité, d'entraide, de maternité, d'amour et bien sûr de stigmatisation. Lise est une jeune femme juive d'une trentaine d'années qui a fui Berlin en 1933 alors que le magasin de ses parents faisait l'objet des premières brimades de la part des nazis. Eva est un peu plus âgée, issue de la bonne société allemande et d'une famille qu'elle a fuie à cause de leurs idées acquises à Hitler. Elles se rencontrent au Veld'Hiv et vont vivre ensemble les différentes étapes, découvrir les conditions de plus en plus atroces de leur détention, traverser la France dans le même wagon à bestiau, se tasser dans le même bâtiment insalubre du camp, faire la chasse aux rongeurs et aux poux. S'aider et se réconforter.

Ces femmes, parmi lesquelles se trouvent beaucoup d'artistes et d'intellectuelles de la vie parisienne de l'époque (Hannah Arendt, mais également la maîtresse de Soutine, des chanteuses et des danseuses) vont mettre toute leur énergie à rester des femmes malgré le vide, la puanteur, le froid et la peur. Dans une autre partie du camp sont enfermés des Espagnols qui ont combattu Franco chez les républicains ou dans les brigades internationales. Entre les deux communautés, des liens se tissent à distance, des rapports de séduction viennent embellir le quotidien. Et puis certaines figures permettent d'espérer encore dans l'espèce humaine : l'ange de Gurs, Elsbeth Kasser, l'infirmière du camp membre du secours suisse et le commandant Davergne qui fait entrer un piano dans le camp et permet aux internées de monter un cabaret.

Malgré le sérieux et la gravité du sujet, ce roman se dévore avec un réel plaisir, porté par le parti-pris lumineux de l'auteure qui n'a pas hésité à inventer les textes des chansons qui ponctuent les chapitres et ancrent le récit dans un contexte criant de vérité. On est tout de suite en empathie avec ces femmes qui refusent d'abdiquer.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles il faut lire ce livre. D'abord parce qu'il rappelle un événement de notre histoire trop souvent méconnu voire ignoré (ces cinq mille femmes parquées au Vélodrome d'Hiver c'était 2 ans avant la tristement célèbre rafle...). Ensuite parce qu'il fait utilement écho à l'actualité, à la situation des millions de réfugiés à travers le monde, à la dramatique habitude de toujours stigmatiser certaines catégories de la population. On n'apprend pas assez de l'Histoire, malheureusement.

Diane Ducret a réalisé un travail remarquable de documentation qui lui a permis de s'imprégner de ses nombreuses lectures et de nourrir la trame romanesque sans jamais l'alourdir. On sort de cette lecture un peu plus instruit, avec peut-être l'envie d'être à la hauteur de celles qui ont traversé ces épreuves en refusant la mécanique de rejet et de stigmatisation que certains persistent à vouloir nous imposer. Il y a encore du travail.

"Les indésirables" - Diane Ducret - Flammarion - 316 pages

Un grand merci à Babelio, Flammarion et Diane Ducret pour la rencontre passionnante organisée autour de ce texte. C'est un plaisir d'écouter l'auteur parler de la genèse de ce livre et du travail de documentation et de création inhérents. Cela donne envie de partir sur ses traces pour approfondir le sujet.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Catherine GIMENEZ 20/08/2017 00:30

Je viens de le terminer... J'ai beaucoup aimé!

Nicole Grundlinger 20/08/2017 14:12

Ah j'en suis ravie ! C'est vraiment un livre que l'on a envie de faire partager au plus grand nombre.

Delphine-Olympe 02/03/2017 20:43

Je suis toujours émerveillée par ces romanciers qui ont la capacité de faire des épisodes historiques ou des faits de société les plus graves des récits à la trame romanesque puissante. Et ce livre en est un bon exemple, j'ai l'impression.

Nicole Grundlinger 03/03/2017 14:32

C'est vrai, il en est un très bon exemple. Il faut dire que l'auteur est totalement imprégnée de son sujet en plus d'être brillante. C'est un plaisir de l'écouter autant que de la lire.

zazy 01/03/2017 19:53

Diane Ducret ù'a donné de bons moments de lecture. C'est une personne qui travaille beaucoup en amont dans les recherches et nous restitue tout cela avec une belle plume.
Je pensais que le camp de Gurs était réservé aux espagnols. J'espère que j'aurai le temps de lire ce livre, si je le trouve à la bibli

Nicole Grundlinger 02/03/2017 15:41

Oui j'étais comme toi, j'avais une connaissance très partielle du camp de Gurs et ce roman réhabilite toutes ces oubliées tout en procurant un vrai plaisir de lecture. J'espère aussi que tu auras l'opportunité de le découvrir.

Mimi 01/03/2017 09:24

C'est effectivement un pan de l'Histoire que je ne connaissais pas. Décidément, je n'en finis pas d'être tristement surprise par cette époque et ses horreurs. C'est un livre que je retiens. Merci !

Nicole Grundlinger 01/03/2017 15:49

Étonnant de voir parmi la trentaine de lecteurs présents lors de la rencontre que personne ne connaissait vraiment cet épisode, moi la première (j'avais entendu parler du camp de Gurs mais pour les Espagnols républicains...). D'où l'utilité de ce roman s'il peut permettre de le remettre sous le feu des projecteurs.