Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

L'enfant-mouche - Philippe Pollet-Villard

19 Novembre 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

"Dans ces cas-là, Marie se sentait devenir transparente, ne faisant presque plus du tout partie de ce monde, bien moins qu'un caillou, en fait. Pour cela, la honte est une chose magique, en un rien de temps vous n'existez plus. Tout devient plus intéressant que vous-même. Célestin par exemple, lorsqu'il passe devant elle, regarde de l'autre côté comme s'il avait le torticolis, Solange aussi. Et puis, quand Marie tente un bonjour, le mot semble se dissoudre dans l'air, tel un gaz inodore, ininflammable, inoffensif."

Comment ne pas être touché par la figure de cette courageuse petite Marie, pour ainsi dire livrée à elle-même dans ce contexte hostile de 1944 où l'on sent le vent tourner et où chacun se préoccupe plus de son sort que de celui de son voisin ? Être un enfant pendant la guerre décidée par les adultes voilà déjà la situation la plus injuste qui soit. Le roman que livre ici Philippe Pollet-Villard a le mérite de nous projeter dans ce que fut la vie quotidienne de certains de ces enfants dans les campagnes françaises, loin des images un peu idéalisées du "refuge" dans des territoires soi-disant plus épargnés. Et il est encore plus émouvant de savoir que cette histoire est inspirée de celle de la propre famille de l'auteur. J'ai toujours été fascinée par les souvenirs que pouvaient livrer ceux qui avaient vécu cette période avec leurs yeux d'enfant même si autour de moi je n'ai recueilli que des bribes qui toutefois n'avaient rien de spécialement dramatique car certains heureusement ont pu bénéficier d'une relative non exposition.

Nous suivons donc l'épopée de la petite Marie, qui croise le chemin d'Anne-Angèle par un vaste concours de circonstances que je vous laisse découvrir par vous-mêmes. Anne-Angèle est une vieille fille, infirmière à Casablanca et dont le séjour parisien prend donc un tour totalement imprévu lorsqu'elle se retrouve en charge de Marie et contrainte de s'installer à la campagne, pas très loin de Reims. Les deux arrivantes font face à l'hostilité des habitants du village et se retrouvent rapidement démunies de tout à devoir se battre quotidiennement pour leur survie. Lorsqu' Anne-Angèle tombe malade, Marie prend les rênes et navigue entre les pièges qui se dressent sur son chemin, rêvant d'un peu de chaleur humaine, d'un petit coin de réconfort...

La tonalité tragi-comique adoptée par l'auteur apporte beaucoup au développement du propos qui s'attaque aux ambigüités, aux zones grises, à ce qui rend la nature humaine si complexe. Pas de héros ici. Pas de personnages parfaits ni beaux. Au contraire. Des femmes et des hommes avec leurs faiblesses, leurs peurs, leur égoïsme, leur étroitesse d'esprit, leurs jalousies. La violence des sentiments, celle des rapports humains soumis à la loi du chacun pour soi et du sauve qui peut. C'est au milieu de tout ça que Marie grandit, apprend à ne plus compter que sur elle-même et à abandonner ses rêves d'enfant.

Pas de bons sentiments, donc. Un constat brut mais fort qui dépasse les apparences, les nationalités ou les camps qui ne peuvent à eux-seuls définir un être humain. C'est un livre courageux finalement, d'où émerge la petite figure de Marie, écorchée, maigre, tourmentée mais si forte, presque lumineuse. J'aimerais beaucoup avoir de ses nouvelles... connaître la suite de l'histoire. Qui sait ?

"L'enfant-mouche" - Philippe Pollet-Villard - Flammarion - 430 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daphné 27/12/2017 16:36

La guerre vue par un regard d'enfant, l’ambiguïté de la nature humaine...voilà qui me tente bien. Je note ce livre.
Daphné

Nicole Grundlinger 27/12/2017 18:45

C'est l'un des très jolis livres de cette rentrée qui se fait discrètement mais sûrement une petite place auprès des lecteurs.