Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Varsovie - Les Lilas - Marianne Maury Kaufmann

23 Janvier 2019 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Comment vit-on lorsque l'on se trouve dans l'incapacité de tisser un lien ? Quand le poids du passé écrase tout, empêche la moindre légèreté et que même l'enfance fut synonyme de malheur, d'horreur et de cruauté ? Quand la solitude est entretenue par le vide abyssal de la grande ville impersonnelle ? Où se niche l'espoir ? C'est le thème de ce roman, et c'est tout simplement bouleversant.

Varsovie - Les Lilas. C'est la trajectoire de Francine, qui, à soixante-ans bien tassés passe ses journées dans le bus 96, terminus Porte des Lilas. Elle ne peut tout simplement pas rester en place, seule dans son petit appartement. Alors ce bus, cette ligne qu'elle connait par cœur et dont elle observe les passagers et, à travers eux, la vie de la cité. De toute façon, le silence, elle est habituée. Son mari, décédé, l'imposait chez eux. Elle ne voit pas grand monde, Francine. Sa fille, de loin en loin. Sa petite-fille, à peine. C'est comme si elle ne savait pas être au monde. Dans son corps, il y a le souvenir de sa naissance à Varsovie en 1939, quelques semaines avant que la guerre n'éclate ; la séparation d'avec ses parents. La déportation de sa mère, son sauvetage à elle, miraculeux. Et de longs mois de peur et de misère avant que sa mère ne réapparaisse. Ou ce qu'il en restait. Depuis, Francine marche, et, l'âge venant, emprunte le bus. Elle cherche celui ou celle qui pourrait recueillir son histoire...

Et à travers le regard de Francine, ce que le lecteur observe c'est la solitude urbaine, la façon dont un individu n'est rien pour celui qui le croise. Les faux liens qui se tissent par nécessité - le boucher, le boulanger... - et qui quelque part donnent l'impression d'exister. Entrer dans une boutique, essayer des vêtements, prendre soudain corps dans l’œil de la vendeuse. Mais sortir sans acheter et disparaitre encore. Les regards effleurent seulement. Même celui de sa fille ne va pas au-delà de la façade affichée par Francine, ne prend pas le temps de découvrir la femme derrière la mère, et ce passé qui submerge la sphère émotionnelle. C'est en jetant son dévolu sur une femme à l'air paumé, en voulant l'aider que Francine va tenter de renouer avec ce qui tisse les liens sociaux. Pourtant, le déclic viendra d'ailleurs et par surprise.

Si la solitude et la détresse sont palpables, si l'on perçoit avec une rare acuité ce que signifie "être transparent", l'espoir et la lumière ne sont jamais absents. La plume de Marianne Maury Kaufmann progresse tout en finesse, aérienne dans les descriptions, précise dans les sensations, équilibrée dans les sentiments. D'une marque d'intérêt jaillit la lumière, et, d'une poupée à l'autre, s'esquisse la possibilité d'une réconciliation.

"Varsovie-Les Lilas" - Marianne Maury Kaufmann - Héloïse d'Ormesson - 174 pages

Sélectionné pour la session hiver des 68 premières fois, ce livre voyagera auprès des lecteurs engagés dans l'aventure.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daphné 28/01/2019 18:23

Un livre qui pourrait me plaire, je pense.
Daphné

Nicole Grundlinger 29/01/2019 15:01

En tout cas, cela m'étonnerait qu'il te laisse indifférente... Une belle sensibilité qui devrait te toucher.

Delphine-Olympe 24/01/2019 21:58

Il ne serait pas pour me déplaire celui-là. Même s'il est peut-être un peu noir pour moi en ce moment.

Nicole Grundlinger 25/01/2019 09:26

Noir n'est pas le qualificatif que j'emploierais... rien de déprimant dans ce texte, vraiment.

Marianne Maury Kaufmann 24/01/2019 17:22

Merci infiniment, c'est un gros bonheur de lire un si joli papier, une chronique aussi tendre, sur ce livre ausuel je tiens tant... merci pour cette joie,
Marianne

Nicole Grundlinger 24/01/2019 17:40

Merci à vous d'être passée par ici... et surtout pour ce bouquet d'émotions qui perdurent bien longtemps après ma lecture.

Ariane 23/01/2019 21:27

Oh, je ne pense pas que ce soit ce dont j'ai envie en ce moment.

Nicole Grundlinger 24/01/2019 09:42

Je ne peux pas répondre à ta place, juste te dire que ce n'est pas déprimant du tout, juste poignant et très beau.