Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Les deux mariages de Lenka - Isabelle Flaten

15 Septembre 2020 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

"Il ne lui revient pas d'endosser toute la responsabilité d'un temps malmené se dit-elle sans le dire pour ne pas en rajouter, pourtant au fond elle sait, a toujours su, que ce sont les silencieux qui permettent aux puissants d'imposer leur loi".

J'aurais bien envie de vous laisser juste avec cette phrase, à méditer quelques heures tant elle peut trouver d'écho à nombre de situations. Mais je vais tout de même vous parler de Lenka Svobodova l'héroïne de cette histoire. Une héroïne bien éloignée du cher Adelphe du précédent roman d'Isabelle Flaten. Pas très sympathique au premier abord cette Lenka, veuve encore jeune et quelque peu aigrie dans la Tchécoslovaquie post révolution de velours. Un peu menteuse, parfois voleuse. Oh, trois fois rien, des mesures de représailles dans la famille française chez laquelle elle est employée. Des objets chapardés, revendus, un petit reste de débrouille du temps passé. Elle a du mal, Lenka à prendre le virage "libéral". Elle observe Prague changer pas à pas, ses proches emprunter des voies nouvelles. Elle fait partie de ceux qui "s'arrangeaient" des conditions d'avant, ne faisaient pas de vagues. Son mari, à présent disparu n'hésitait pas à collaborer avec le régime lorsque c'était nécessaire alors, il reste quelques rancœurs vis à vis de Lenka. Elle ne comprend pas très bien pourquoi on lui en veut d'ailleurs, pouvait-elle faire autrement ? Pourquoi Eva, sa voisine et autrefois amie ne veut-elle pas tout simplement faire une croix sur le passé ? Lenka rêve de voir la France, et l'opportunité se présente un peu par miracle. Un voyage qui va lui ouvrir de toutes nouvelles perspectives, peut-être aussi un nouvel amour, mais ce n'est pas si simple de construire une nouvelle vie sur des bases aussi branlantes...

J'ai lu qu'Isabelle Flaten avait vécu en Tchéquie. Cela explique sans doute la finesse avec laquelle elle saisit l'atmosphère d'un pays encore marqué par une Histoire récente bien chargée. La façon dont elle explore les moindres recoins de l'âme de Lenka sonne extrêmement juste pour quiconque a un jour eu à vivre sous l'emprise du rideau de fer. Une fois le rideau levé, on est face à face avec soi-même. Ses compromissions, ses yeux fermés, ses petites lâchetés - au mieux. Pas de procès, hormis celui des regards de ses concitoyens. Pas de procès, une invitation à continuer, autrement. Les après se dessinent en arrière-plan, sous la plume de l'auteure. Celui des artistes, des intellectuels qui saisissent la liberté à bras le corps. Et celui de Lenka, qui passe par les beaux yeux de Paolo... Les après redessinent également les quartiers de Prague au fil des changements des modes de consommation. Les choses changent, les individus avancent parfois trop vite, mais le passé ne s'efface pas totalement, il faut l'intégrer, le digérer, pour avoir une chance de se libérer. Et passer de l'hiver au printemps.

"Les deux mariages de Lenka" - Isabelle Flaten - Le Réalgar - 150 pages

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Violette 16/09/2020 17:05

le contexte me tente bien. Je rejoins Papillon, à la couverture, on dirait une comédie sentimentale... c'est dommage tout de même.

Nicole Grundlinger 16/09/2020 17:26

La couverture est un contre-pied... Et d'ailleurs, la qualité de l'illustration chasse bien vite cette pensée :-) Quand on connaît l'auteure, impossible de se méprendre.

papillon 15/09/2020 08:17

Quand j'ai vu le titre, j'ai cru que tu t'étais mise à la chick litt ! Mais je vois que ce roman est bien autre chose...

Nicole Grundlinger 15/09/2020 16:29

Ha ha... En effet, couverture et titres prennent un beau contre-pied (quand on connaît l'auteure, impossible de se tromper et je me permets de te signaler que si tu n'as pas lu Adelphe, je pense que sa compagnie devrait beaucoup te plaire) ; tant de couvertures jouent le 1er degré avec des photos sans âme que celle-ci mérite qu'on en parle.